Adélaïde de Toulouse, vicomtesse de Carcassonne

Adélaïde de Toulouse, vicomtesse de Carcassonne
Dans le jeu d’alliances compliqué qui domine les rapports entre les maisons de Toulouse, de Carcassonne et de Barcelone, les femmes jouent un rôle essentiel. Cependant, l’amour n’est pas exclu de cet univers.  L’histoire d’Adélaïde de Toulouse en est une illustration. Dans la Cité, une rue porte son nom.
Adélaïde, fille de Raimon V, comte de Toulouse
Monnaie de Raimon V, XIIe

Adélaïde (1158-1199 ou 1200),  Adelais en occitan, est la fille de Raimon V, comte de Toulouse, et de Constance de France, fille du roi Louis VI dit le Gros. Ce mariage, très politique, a permis de sceller l’alliance entre le royaume de France et l’un des comtés les plus puissants du Midi et a donné naissance à quatre enfants dont Adélaïde et le futur Raimon VI.

Adélaïde, vicomtesse de Carcassonne
La maison romane qui a accueilli la cour d'amour d'AdélaÏde à Burlats
La maison romane qui a accueilli la cour d’amour d’AdélaÏde à Burlats (Tarn)

La rivalité entre le comté de Toulouse et le royaume d’Aragon fait de la vicomté de Carcassonne un enjeu stratégique. Pour clore un conflit et consolider ses liens avec Roger II Trencavel, seigneur de cette vicomté, Raimon V lui donne en 1171 Adélaïde comme épouse tandis que son fils, Raimon VI épouse Béatrice, sœur de Roger. La jeune fille, âgée d’une quinzaine d’années, entre dans une famille qui entretient des liens étroits avec des vassaux dont certains ne cachent pas leur foi cathare. Roger II cherche à se rapprocher d’Alfonse II, roi d’Aragon, et éloigne son épouse. Elle s’installe à Burlats (Tarn actuel) dans un domaine appartenant aux Trencavel où elle s’entoure des troubadours les plus célèbres de son époque.

Les romances d’Adélaïde

On dit la vicomtesse d’une grande beauté.  Poèmes et chansons célèbrent les grandes qualités de la dame qui entretient une cour d’amour à l’apogée du mouvement du « fin’ amor », l’amour courtois, né sur ces terres occitanes. Ainsi, on lui prête une romance avec Arnaut de Mareuil, troubadour qui lui dédie tout un cycle de ses oeuvres. On dit aussi que le roi d’Aragon, lui aussi féru de poésie, profondément épris d’elle s’en serait ému et aurait éloigné le poète.

Arnaut de Mareuil, chansonnier provençal, XIIIe (©BNF)
Arnaut de Mareuil, chansonnier provençal, XIIIe (©BNF)

Votre front plus blanc que lys, vos yeux rieurs et clairs, votre nez droit et bien fait, les fraîches couleurs de votre visage plus vermeil qu’une fleur » Arnaut de Mareuil

Retour à la politique

La tolérance dont Roger II fait preuve vis-à-vis des cathares ulcère Raymond V qui voit avec inquiétude l’hérésie progresser sur ses terres. En 1181, il assiège la ville de Lavaur qui fait partie de la dot d’Adélaïde et la prend. La rupture est consommée avec les Trencavel. Roger fait allégeance au roi d’Aragon. Adélaïde rejoint son époux à Carcassonne.  En 1185, leur naît un fils. Ils le nomment Raimon-Roger…

Raimon Roger est élevé par sa mère à Burlats. D’ailleurs, le troubadour Cadenet, lorsqu’il s’adresse à lui, l’appelle vicomte de Burlats.  En 1194, lorsque Roger II meurt, son testament confie sa tutelle à Bernard de Saissac, son fidèle sénéchal qui est notoirement cathare. Adélaïde meurt en 1199, âgée d’une quarantaine d’année. Elle est ensevelie au côté de son époux près de Béziers, dans la crypte de l’abbaye de Cassan.

En 1200 Raimon V de Toulouse, Alfonse II d’Aragon, Roger II Trencavel et Adelais sont morts… Place à leurs successeurs Raimon VI, Pierre II et Raimon-Roger qui vont écrire une autre page d’Histoire…

Laisser une réponse

Votre adresse ne sera pas divulguée.