La saga des Trencavel

La saga des Trencavel
Comment Raimond-Bernard, vicomte d’Albi, devint-il vicomte de Carcassonne alors que le fief avait été acquis par Raimond-Béranger Ier, comte de Barcelone, en 1067 ? L’histoire complexe d’une succession sur laquelle de nombreux historiens se sont penchés.

Au Xe siècle, les Trencavel appartiennent à la mouvance familiale de vicomtes, lieutenants secondant les comtes de Toulouse. Au début du XIe siècle, leur ancrage territorial se situe principalement en Albigeois. C’est Raimond Bernard le premier qui prend le surnom de Trencavel, nom qui sera adopté par ses descendants. De ce surnom, plusieurs étymologies ont été hasardées, l’une le faisant remonter à trenca bel , littéralement « qui tranche bien » ou trencarèl (le pourfendeur) ferait référence à ses qualités de guerrier, l’autre à Trenca avelana qui signifie casse-noisette reste plus obscure

La mort du comte Roger

En 1067, Roger, comte de Carcassonne, meurt sans descendance. Sa sœur Ermengarde, épouse de Raimond Bernard Trencavel, vend au comte de Barcelone ses droits sur les comtés de Carcassonne et de Razès. Mais les troubles survenus en Catalogne en 1076, à la mort du comte de Barcelone, Raimond Bérenger Ier, permettent à Bernard Aton Trencavel, fils d’Ermengarde et de Raimond Bernard Trencavel, de recouvrer ses droits sur Carcassonne et le Razès en 1082. Ce fleuron vient s’ajouter aux nombreux fiefs de la famille qui comptent déjà Béziers, Agde, Albi, Nîmes… ce qui fait de la famille l’une des plus puissantes de son temps dans la région.

Armoiries des Trencavel
Une domination contestée

Devenu vicomte de Carcassonne, Bernard Aton doit toutefois faire face à trois révoltes de la population de Carcassonne, suscitées par la maison de Barcelone, notamment en 1120 où le vicomte est chassé de Carcassonne par la noblesse locale.

En 1124, soutenu par le comte de Toulouse, Bernard Aton reprend la ville et fait de l’ancien castellum comtal sa résidence principale. C’est le début de transformations importantes du château qui vont s’échelonner sur tout le siècle. Sa descendance conserve plus d’un siècle la vicomté de Carcassonne et celle du Razès. Toutefois le titre de comte est désormais perdu, et Carcassonne reste une vicomté.

La dynastie Trencavel

A la mort de Bernard Aton, ses trois fils se partagent l’important domaine qu’il avait réussi à constituer : c’est à Roger (Ier), l’aîné, qu’échoient dans un premier temps Carcassonne, le Razès et Albi. Ces trois vicomtés reviennent ensuite, au décès de Roger, à son frère Raimond Trencavel, vicomte de Béziers qui mourra assassiné le 10 Octobre 1167.

L'assassinat de Raimon Ier , peinture de Noël Sylvestre (1847-1915), Eglise de la Madeleine, Béziers
L’assassinat de Raimon Ier , peinture de Noël Sylvestre (1847-1915), Eglise de la Madeleine, Béziers

Au moment où débute la croisade contre les Albigeois en 1209, Raimond Roger, petit-fils de Raimond, est à la tête des quatre vicomtés, Carcassonne, Béziers, Albi, Razès. Ses possessions se trouvent enclavées entre les deux plus grandes puissances méridionales, les comtes de Toulouse et les comtes de Barcelone devenus rois d’Aragon en 1167. Vaincu par les armées croisées, Raimond Roger Trencavel meurt emprisonné dans le château comtal. Il est le dernier vicomte de Carcassonne, malgré la tentative en 1240 de son fils Raimond pour reprendre la Cité et recouvrer son titre.

Cartes des comtés en 1209 (ODEJA)

 

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse ne sera pas divulguée.