Des moulins à vent dans la Cité

Des moulins à vent dans la Cité
Les noms de certaines tours et rues de la Cité de Carcassonne, nous en apprennent beaucoup sur la façon dont la vie s’organisait dans la ville médiévale. Ainsi, on ne compte pas moins de trois tours de l’enceinte intérieure, la plus ancienne, à porter le nom d’un des moulins. Cette présence confirme le rôle essentiel que jouaient les céréales dans l’alimentation de nos ancêtres.

 

La cuisine des cultures du bassin méditerranéen
Cuisson de galettes de céréales à Carsac à l’Âge du Fer (dessin J. Vaquer et F. Briois)

Depuis l’Antiquité, l‘alimentation des populations du pourtour méditerranéen est basée sur les céréales. Les fouilles archéologiques sur le site de Carsac, à deux pas de la Cité, ont mis en évidence l’existence de silos à grains et même d’un four à pain comparable à ceux qui sont encore utilisés dans le Maghreb ou le Proche-Orient. Dès l’Âge du Fer, on consommait donc déjà des galettes à base de blé. L’étude des céréales et des graines fossiles présentes sur le site a permis d’identifier différentes espèces de blés, d’orge et d’avoine.

 

Les aliments à base de céréales

Gruaux, bouillies, pains… le mode de consommation dépend largement des techniques de broyage disponibles selon les époques et des modes de cuisson. Du grain à peine dépouillé de son enveloppe longuement cuit dans du bouillon pour le rendre comestible à la miche de pain, il y a des siècles d’évolution sans compter la hiérarchie sociale qui pesait sur ces pratiques.

L’apparition des moulins à vent

L’évolution démographique et sociale rend l’innovation indispensable. Du VIIIe au XIe siècle, la proportion des différentes céréales dans le régime alimentaire passe d’environ un tiers aux trois quarts. Au XIIIe siècle, on estime la consommation de pain à environ 1 à 1,5 kg par personne et par jour Si l’on considère que la population dans la Cité à la même époque s’élevait à quelque quatre à cinq mille personnes, le constat est clair. Les meules rudimentaires utilisant l’énergie humaine ou animale ne pouvaient pas suffire à assurer le quotidien d’une population toujours plus nombreuse. Les moulins hydrauliques prennent très tôt le relais mais à partir du XIVe siècle, les moulins à vent les déchargent en partie des tâches alimentaires, leur permettant ainsi de répondre aux sollicitations industrielles.

Les moulins de la Cité
Carcassonne en 1462 (BNF Gallica)
Carcassonne en 1462 (BNF Gallica)

Viollet le-Duc n’a pas trouvé de moulin en état de fonctionner lorsqu’il a étudié la Cité de Carcassonne, Par contre, il note : « sur les tours de l’enceinte intérieure de la Cité de Carcassonne, il y avait plusieurs moulins à vent ainsi que le constatent une vignette de 1467 et les dénominations anciennes de quelques unes de ces tours. » En effet, on distinque sur ce plan, à proximité de la Porte Narbonnaise, une tour surmontée d’un moulin. Il s’agit de la Tour du Moulin du Connétable. Les noms de deux autres tours, la Tour du Moulin d’Avar au Nord et celle du Moulin du Midi au Sud, rappellent sans doute leur vocation, A quelle époque, cette partie des fortifications a-t-elle était vouée à cette activité, impossible de le préciser. Des historiens affirment néanmoins que les premiers moulins à vent virent leur technologie originaire du Moyen-Orient se développer en Espagne au Xe siècle. On doit sans doute au reflux des chrétiens de Terre Sainte leur arrivée en Occident dès les XI et XIIe siècles.

Localisation des moulins dans la Cité (© CS éditions)
Le Moulin du Roy
Le Moulin du Roy dans une carte postale (© Ed Orient)
Le Moulin du Roy dans une carte postale (© Ed Orient)

Ce que l’on sait en revanche avec certitude, c’est qu’en 1240, un moulin hydraulique était en fonction sur l’île qui fait face à la grande barbacane aujourd’hui disparue. En effet, dans un rapport qu’il fait à la reine Blanche de Castille, le sénéchal de Carcassonne, Guillaume des Ormes, indique que lors du siège de 1240 :

 A la première attaque, le moulin du Roy qui n’estoit alors garny que de quelques vieux aix fut pris et tous les soldats qui s’y trouvèrent furent tués. 

Trois siècles plus tard, le moulin du Roy fut détruit en même temps que l’ensemble du quartier de la Barbacane en 1590 lors des guerres de religion. Mais ceci est une autre histoire…

Laisser une réponse

Votre adresse ne sera pas divulguée.